À la découverte du CBD : un héritage mondial à travers les âges

Le cannabidiol, plus connu sous l’acronyme CBD, est aujourd’hui célébré pour ses nombreuses vertus thérapeutiques et son absence d’effets psychoactifs. Sa popularité en Occident ne cesse de croître, le plaçant au cœur des débats sur la santé et le bien-être. Cependant, l’histoire du CBD ne commence pas avec son introduction sur les marchés modernes. Son usage remonte à des millénaires, intégré dans les pratiques culturelles et médicinales de diverses sociétés à travers le monde. Partons à la découverte de l’histoire culturelle du CBD et de son utilisation dans les traditions ancestrales avant de conquérir l’Occident !

 

L’ancienne Chine : pionnière du CBD !

 

Le voyage historique du CBD commence en Chine, berceau de l’une des civilisations les plus anciennes du monde. Les textes chinois, datant de 2900 avant J.-C., mentionnent déjà l’usage du cannabis, non seulement comme plante médicinale mais aussi pour ses fibres. Le « Shennong Pên Ts’ao Ching », un des plus anciens textes de pharmacopée chinoise, décrit l’usage du cannabis pour traiter diverses affections, suggérant une connaissance précoce des propriétés bénéfiques de la plante, incluant potentiellement le CBD. Cette tradition millénaire souligne la reconnaissance ancienne des bienfaits du cannabis et par extension du CBD, bien avant son entrée dans la médecine occidentale moderne.

 

L’Inde : le CBD dans l’ayurveda

 

L’Inde, avec sa riche tradition médicinale de l’Ayurveda, reconnaît depuis longtemps le cannabis comme une plante curative. Les textes sacrés de l’Inde, tels que les Védas, font état du cannabis comme l’une des cinq plantes sacrées. Bien que les références spécifiques au CBD soient modernes, l’utilisation holistique du cannabis dans l’Ayurveda suggère une compréhension des propriétés apaisantes et médicinales de la plante.

 

Avec l’avènement des techniques de culture modernes, la production de fleurs de CBD indoor a permis une utilisation plus ciblée des composants bénéfiques du cannabis, alignée sur les principes de l’Ayurveda. Cette méthode de culture, en contrôlant l’environnement de croissance, assure la pureté et la constance de la plante, ce qui pourrait optimiser les effets thérapeutiques recherchés dans la tradition ayurvédique. Ainsi, l’Ayurveda, avec son approche centrée sur l’équilibre entre le corps, l’esprit et l’environnement, a probablement exploité les bénéfices du cannabis de manière à favoriser le bien-être général.

 

Le moyen-Orient et l’Afrique : un pont entre les cultures

 

Le cannabis et par extension le CBD ont également eu un rôle significatif dans les sociétés du Moyen-Orient et de l’Afrique. Les marchands arabes, en parcourant la Route de la Soie, ont non seulement échangé des biens matériels mais aussi partagé des connaissances médicinales, introduisant l’usage du cannabis dans de nouvelles régions. En Afrique, l’usage traditionnel du cannabis était varié, allant des applications médicinales aux rituels spirituels. Ces pratiques suggèrent une reconnaissance des effets calmants et thérapeutiques pouvant être associés au CBD.

L’histoire culturelle du CBD dans les sociétés traditionnelles à travers le monde révèle une richesse d’usages et de connaissances qui précède de loin l’intérêt contemporain pour cette molécule. Ces traditions ancestrales, de la Chine à l’Inde, en passant par le Moyen-Orient et l’Afrique, montrent que le CBD, bien que non identifié en tant que tel dans l’antiquité, faisait probablement partie intégrante des bénéfices attribués au cannabis. La redécouverte du CBD dans le contexte moderne ne fait que réaffirmer la valeur que les anciennes civilisations plaçaient déjà sur cette plante aux multiples facettes.

 

Auteur de l’article : Oni Damy